Retraite de silence à Sénanque… La vraie Vie ou la fausse Vie…. Partie 1/6

Lors de ma dernière retraite de silence (du mercredi 20 au lundi 25 Juin), j’ai retracé tous ces instants comme un journal de bord. J’ai d’abord écrit pour moi, puis, en le reportant sur mon ordi, j’ai eu envie de le partager avec vous.

J’espère qu’il vous plaira, vous fera rire ou réfléchir mais surtout, vous donnera envie de vivre cette merveilleuse expérience du retour vers Soi. Ça marche. Assurément.

Je vous offre ces quelques jours inoubliables en 6 petites parties. Bonne lecture. J’attends vos retours !

Retraite de silence à Sénanque… La vraie Vie ou la fausse Vie…. Partie 1/6

M’y revoici ! ça faisait une éternité… bientôt 3 ans… Et me revoici, ici, à Sénanque.

Mon départ a été difficile. Douloureux. Même si depuis quelques jours je ressens ce besoin impérieux de me retrouver, cette fois, j’ai eu peur. Peur de partir seule, de me retrouver seule. Retrouver cette solitude que j’ai tant aimée !

Je me rends compte que je suis sortie de mon chemin. Que je me suis enfoncée dans le moelleux de cette vie facile et tellement superficielle… travail, argent, Plateau TV, sorties entre amis, terrasse, petit rosé, piscine, vacances, voyages… Une soi-disant spiritualité par quelques rencontres organisées où l’on échange sur ce que devrait être la fraternité et l’amour, mais souvent non suivi d’actes… Si on regarde bien….

J’ai eu le trac de partir et de me retrouve seule avec moi-même… Sans mon ordi, ma connexion internet, Facebook, mes mails, mon téléphone, ma tv….

Mon dieu, comme c’est dur de décrocher ! de décrocher de ce tourbillon qui nous fait croire qu’on existe. Facebook ! On se partage et on « like » des formules toutes faites sur la « reconnexion à soi » et l’amour. Des phrases si philosophiques, à la pelle. Mais dans nos corps, nos esprits et notre âme, suivons-nous tous ces conseils que l’on donne ? Est-ce réellement notre philosophie de vie ?

Pour ma part, je m’aperçois qu’aujourd’hui, il m’a été difficile de rejoindre ce lieu de retraite. Je n’en reviens pas de cette angoisse !

Je l’ai pourtant fait auparavant ! Dans une autre vie où je ne regardais pas la tv, absente de mon univers. Où je n’avais d’utilité de ma connexion internet que pour envoyer quelques mails. Je ne connaissais pas encore Facebook et tous ces réseaux sociaux. Ma connexion à moi, c’était celle à l’Univers. Matin et soir. Et je me sentais tellement bien !

Senanque, c’était le petit plus… La cerise sur le gâteau quand je sentais que je dérapais.

Aujourd’hui, Sénanque c’est mon « savety »… Le dernier secours, auquel je pense un peu tard.

Me revoici. J’ai quand même réussi à venir malgré toutes les fois où j’ai pensé que j’allais annuler…. Rester tranquillement ces 5 jours à la maison. Profiter du soleil, pourquoi pas de la plage ? mais surtout ne rien changer…. Ne rien changer, me criait mon mental affolé.

Je suis arrivée à 18h. j’ai tout de suite sauté dans le bain. 18h : les Vêpres.

Je n’y connais rien dans ces diverses formules religieuses. Ce que je sais, c’est que les frères de la Communauté cistercienne, prient en chantant à cappella plusieurs fois par jour. Quels que soient les noms de ces moments de prière, je me suis toujours tenue d’y assister.

Au départ, c’est toujours difficile pour moi qui ne suis d’aucune religion, et qui ne comprends pas les religions, de participer pleinement à ces moments. Mais je sais d’expérience que la magie (l’âme agit) va opérer. Au départ, je suis plus que réfractaire, puis les jours passants, le chant des frères me fait du bien, réveille en moi quelque chose de très fort. …. Alors, croyante ou pas… Catholique ou pas… j’ai décidé que ma retraite de silence passerait par Sénanque et ses chants religieux.

Arrivée à 18h, ça n’a pas manqué, pas de frère hôtelier pour m’accueillir, ils sont tous dans l’abbaye.

Pffffffffffffffffff…. Ai-je déjà envie de commencer par ça ? Bon…. Je ne vais pas retourner à ma voiture ? Je ne vais pas attendre dehors ? Aller… j’y suis… J’y vais…. Mon paréo sur les épaules – et oui, bien trop légèrement vêtue par ces 30°- j’entre dans l’église.

Elle n’a pas bougé…. Ça fait des centaines d’années qu’elle ne bouge pas !  de la pierre, uniquement de la pierre. Juste une croix, la vierge et le vide. Pas de tableau, d’orgue, de tenture…

Quelques personnes…. Le silence le plus total. Pas de chuchotement…. Les voix des frères s’élèvent…. C’est parti pour une demi-heure de chants et une demi-heure de prière en silence.

Mon dieu que c’est long ! qu’est-ce que je fais là ? Ma terrasse ! mon verre de rosé piscine : plein de glaçons dans un verre immense !! Mon amoureux….

C’est long… Je sens cette crispation sur mes épaules… dans le cou… Je sens que je n’arrive pas à lâcher et que des émotions de colère, de ressentiment risque de faire une apparition soudaine.

J’ai tenu une heure. Putain… je suis loin de moi !!! C’est dur ! …

Je fonce récupérer la clé de ma chambre. Le frère hôtelier m’attend. Il se souvient de moi.

Je me rappelle qu’une fois, pendant une période très difficile de ma vie, j’avais appelé l’abbaye en catastrophe pour venir me ressourcer. Le frère regrettait de ne pouvoir m’accueillir mais il n’y avait malheureusement plus de place. Après quelques échanges, en entendant ma détresse, il me fit venir immédiatement. « faites votre valise et venez tout de suite ». Je le soupçonne d’avoir déménagé un homme pour le faire dormir de leur coté et ainsi me libérer une chambre.

Ce jour-là, je me retrouvais dans une suite royale ! la chambre avait sa propre salle de bain avec une baignoire avec vue magnifique sur le jardin. Quelle différence avec ces cellules et leur seul lavabo ! Je me souviens que j’avais passé un moment extraordinaire où au fil des jours j’avais senti la Joie revenir en moi. J’aimerais revivre ce moment tellement fort.

Aujourd’hui, c’est une chambre « normale » que j’intègre. La 35. Sur TripAdvisor, je dirais que j’ai de la chance car elle est prévue pour 2 personnes, donc plus vaste. Deux lits, j’ai le choix…  En revanche, elle donne à l’Est. C’est-à-dire, ni sur l’Abbaye, ni sur le jardin, mais sur le passage qui mène aux chemins de randonnées. Chemin… mur de pierre… verdure… Merde… J’aime pas du tout.

Je descends diner, il est 19h10 ; Diner en silence… L’hôtellerie n’est pas encore pleine, je tente une demande auprès du frère hôtelier. Est-ce possible de changer de chambre ? Je n’aime pas ce mur… Ce muret de pierres certes… qui devient un mur pour moi. Je rêve de vue dégagée…Et là… Mon horizon est fermé. Mauvais présentiment. Mais comment lui expliquer ? Il me regarde interloqué et me répond qu’il va « regarder » ce qu’il peut faire. Mais c’est 20h15, l’heure des Complies.

Complies… autre appellation pour ces offices. Il faudra quand même que je m’informe sur leurs significations. Bref, retour dans l’abbaye…. Bon bah… C’est pas gagné… J’attends. C’est moins long que pour les Vêpres à 18h qui sont suivies de « l’adoration du Saint Sacrement » – heureusement que j’ai le programme détaillé dans la chambre, sinon, je dirai : « chants + prières ou méditation » !! Mais bon, tout cela porte un nom, donc appelons les choses par leur nom.

Quelques longues minutes plus tard, nous sommes dehors. Je fonce dans ma chambre, j’attrape mon téléphone et va de ce pas à la recherche du merveilleux réseau. Mon précieux ! Quelques petites barres, s’il vous plait mon dieu…. J’ai oublié de changer ma messagerie pro… Si quelqu’un m’appelle pour un rdv, ça craint que je rappelle dans 4 jours ! mais rien…. Pas la moindre barre, que dalle….. On verra demain.

Au retour vers ma chambre, je croise le frère hôtelier. Aller, je tente ma chance…. « Alors ? Ce changement de chambre ? Possible ? Pas possible ? ». A voir son expression, je sens que je le fais ch… ! Madame veut une chambre vue mer, peut-être ? Il ne comprend pas. « Un mur ? Mais enfin ! c’est de la verdure !! ». Il marmonne en agitant sa souris …. L’ordi est éteint…. Je capitule. Il a gagné. Je retourne dans ma suite n°35 la clé entre les jambes, il n’a pas daigné rallumer son ordi. « si ce mur vous gêne, vous pouvez travailler dans la bibliothéque? ».

…. 3 personnes passent sur le chemin…Ils ont pleine vue dans ma chambre. En plus, il va falloir que je fasse gaffe à ne pas me balader à poil !

1ere nuit à Sénanque. Il doit être 23h maintenant. Calée dans mon petit lit 1 personne…. le silence règne à l’extérieur… Le silence absolu, total… Va-t-il m’aider à trouver le sommeil ?

Demain, Vigiles à 4h30 ; ça m’étonnerait qu’ils m’y voient ! faut pas déconner… on va y aller doucement ! Demain, c’est grace matinée jusqu’à au moins 8h !

Putain ! qu’est-ce que je fous là !

Suite de l’aventure dans la partie 2/6…..

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *