Nouvelle expérience santé, ma cure de jeûne aux Crocodiles Jaunes…. partie 1/6

Ça y est, l’expérience jeûne et randos n’est plus un projet, c’est une réalité…. J’y suis… vais-je arriver à y rester ? C’est une autre histoire.

Comment ai-je atterri aux Crocodiles Jaunes ? A 4 heures de route de Salon de Provence ? Ni connaissant rien, je suis allée naturellement chercher sur internet.

J’ai remarqué d’autres lieux, plus proche de chez moi, en Ardèche. Mais les descriptifs sur leurs sites respectifs me donnaient vraiment l’impression que je partais pour le bagne : pas vraiment de structure d’accueil pour certains, juste on jeûne, on marche, et on attend…. En chantant des chansons autour du feu ? d’autres ne proposent pas assez de couchage sur place, il faut donc prendre la voiture pendant la cure (ce qui est interdit aux Crocodiles Jaunes et comme je le comprends)…. ! Quant à mes inquiétudes pour la marche, un autre m’a répondu qu’ « étant en moyenne montagne, oui, une certaine aptitude à la marche est souhaitée »…. Ok, je sais marcher… mais sans manger ? ça ne m’a pas du tout rassurée ! Perso, j’avais envie également de douceur de vivre. Que cette semaine ne soit pas qu’un calvaire.

Les Crocodiles Jaunes propose une piscine, un Spa, des activités après la marche et surtout la possibilité de marcher à son rythme, des séances de sophrologie, des massages…. et des couchages sur place. Et cerise sur le gâteau, c’était le moins cher de tous. Le 5 étoiles du jeûne et randonnées ! La semaine ne proposait plus qu’une place… la mienne, évidemment ! Inscription immédiate. Plus la possibilité de reculer, je me suis engagée dans l’aventure.

Me voici donc arrivée, l’endroit est magnifique. Le temps aussi. Calme et quiétude…. Tout me parait parfait pour cette nouvelle expérience.

Je suis accueillie par Bruno, le maitre des lieux, qui à peine m’avoir dit bonjour me sert le verre de bienvenue : chlorure de magnésium. Un délice. Je ne sais où je vais aller vomir…. L’objectif de ce breuvage infame : vider et nettoyer complétement les intestins. La semaine sera, ensuite, tranquille de ce côté-là. Mais en attendant, ça sous-entend quelques passages significatifs par la case wc. Encore un moment délicieux…. Bref…

Entre deux passages aux toilettes, Bruno me montre ma chambre. Enfin… ma chambre…. Un dortoir de 4 lits. Charmant, cela dit et joliment aménagé : 2 lits en bas, 2 autres en mezzanine. Je suis la seconde arrivée, j’ai encore le choix, et ce sera le lit en haut au fond de la mezzanine. Tranquille, protégée de l’entrée par la balustrade et de l’autre lit par un paravent… je retrouve mon cocon. Ma seule inquiétude c’est l’escalier qui monte à la mezzanine. Aujourd’hui ça va. J’ai réussi à monter ma valise, qui me semble peser déjà un âne mort ! mais au bout de 6 jours, sans manger ? vais-je pouvoir la descendre ? Et la nuit ? si je me lève ? Tiens, ça me fait penser que je n’ai pas pris de lampe torche. C’est incroyable ! mon mental n’arrête pas d’intervenir, me couper dans mes pensées… je devrais lui donner un petit nom tellement il est présent en ce moment dans ma vie. C’est un effort de tout moment de lui reprendre le pouvoir. « C’est bon…. Respire, tout se passe bien, là… maintenant ! ».

Passage obligatoire par la case entretien avec le médecin avec Elodie: tension, nickel. Poids….. certain….. Je m’aperçois que j’ai perdu 1kg500 pendant la descente alimentaire que l’on doit faire la semaine précédant l’arrivée ici. Et bien, c’est ça de perdu. Mais ce n’est pas ce que je suis venu chercher ici. Nous évoquons ensemble les désagréments physiques qui me poussent à faire cette cure.

1/ une allergie orl : le nez qui coule quoi, tout le temps! pénible et fatiguant…. Et surtout incompréhensible. J’ai tenté beaucoup pour m’en débarrasser, rien n’y fait. Je ne consomme pas de lait, pas de gluten. Je cherche depuis longtemps et ne trouve pas. 2/ une douleur permanente à la hanche gauche. Là aussi, j’ai fait de multiples choses pour décoder, comprendre… mais rien n’y fait. 3/ Sinon, rien de plus si ce n’est cette grosse fatigue.

Mon objectif est tout simple : me réaligner physiquement et mentalement. Détoxiner mon corps et mon esprit. Faire une halte en pleine conscience dans cette vie trépidante qui passe à 100 à l’heure.

A l’inverse de Sénanque où l’on mange mais que l’on ne parle pas, ici… On parle, mais on ne mange pas.

Mais alors, pourquoi une semaine ici alors que Sénanque me tend les bras et qu’elle me réussit si bien à chaque fois ? Parce que ce n’est PAS QUE de silence dont j’ai besoin. Mon métier me prend beaucoup de temps et d’énergie. Je me dois d’être disponible à 100% dans mes séances et pour cela, je dois être le plus alignée possible. Manger consomme beaucoup d’énergie. Notre alimentation n’est plus la médecine qu’elle devrait être. Mon objectif est de faire un break dans ce système et permettre à mon cerveau d’utiliser cette énergie pour dynamiser la lucidité et la créativité. Je ressens ce besoin impérieux de stopper quelque chose, faire une sorte de « reset » dans tout ce système. Retrouver le calme et la sérénité intérieurs… me recentrer. Et c’est ici que je le ferai.

Mais bon … il n’est encore que 16h… je viens tout juste d’arriver… Ce matin j’ai pris mon dernier petit déjeuner : 2 croissants, 1 pain aux raisins et grand bol de chocolat au lait…. Mais non, je déconne ! : 1 compote bio sans sucre. Ce midi sur la route de mes vacances bizarres : la même compote. A partir de maintenant, ce ne sera plus que du liquide. Je me suis déjà enfilé 1 litre de tisane et 1 litre d’eau sur la route.

Elodie m’a informée qu’au 3ème jour il y a un effet « poupée de chiffon ». La « crise d’acidose ». C’est ce moment où le corps ayant épuisé tout le stock de sucre, commence à fabriquer son sucre en puisant dans les réserves profondes. Ça me fait un peu peur…. Mon mental recommence à se manifester…. stop!! : « on verra ! » il semblerait qu’il faille juste accepter et que 2 ou 3 heures après, cette sensation disparait…. On verra….

En attendant de rencontrer tout le monde, je fais le tour du propriétaire. C’est tout simplement beau…..

Plus tard dans la journée….  Jusqu’ici tout va bien. Nous sommes 10 « curistes ». Nous nous sommes tous retrouvés ce soir autour d’un bouillon de légumes (passé 2 fois), autant dire de la flotte aromatisée… Et nous avons fait connaissance. J’ai tout de suite envie de chanter : “Bruno, Caro, Alex, Félix, Sandrine, Francis, Léa, Audrey, Véro, Paz et Corinne… Tout le monde, il est bôôôô !! tout le monde il est bôôôôô !!….” J’ai aimé les paroles de bienvenue de Bruno ce soir : « Habituellement, nous passons notre temps à mettre la table, faire à manger, débarrasser la table, digérer, mettre la table… Ect… aujourd’hui, ce sont vos premières vraies vacances. ». c’est pas faux !

Puis, il nous présente le programme de la semaine. Et bien ! on n’aura pas le temps de s’ennuyer. Tout est proposé, rien n’est imposé. Ça me va parfaitement. Ça commence ce soir avec notre première séance de sophrologie, qui sera proposée tous les soirs avant la projection d’un documentaire sur différents thèmes liés au jeûne.  Mais il y a également une multitude d’autres films, des bouquins …. Le temps nous appartient.

Et pour moi, ce sera d’abord jacuzzi. A mon retour, je n’ai toujours pas envie de dormir, alors je m’installe tranquillement dans le « petit  salon » pour regarder le fameux docu sur les bienfaits du jeûne.

C’est une révolution dans la tête ! je me rends compte de ma totale ignorance en la matière. Ils évoquent la fameuse crise d’acidose. Je comprends mieux le mécanisme du corps : au bout de 24 h, le corps a épuisé sa réserve de sucre. Il puise alors dans les protéines. Mais au bout de 3 jours, pressentant le danger de continuer comme ça, le corps va arrêter de chercher dans les muscles et va aller puiser dans les graisses pour les transformer en sucre. Et là, il y a un stock considérable. Une personne de 1m70 pesant 70kgs peut tenir un jeûne de plus de 40 jours ! Des scientifiques expliquent les différents effets du jeûne sur la cellule saine et malade. C’est impressionnant. J’ai vraiment hâte de vérifier par moi-même les bienfaits de cette pause. Aller, extinction des feux. Demain, on commence par un réveil musculaire, puis après un petit jus de légumes et fruits, départ pour une rando de 2/3 heures.

7 réflexions au sujet de « Nouvelle expérience santé, ma cure de jeûne aux Crocodiles Jaunes…. partie 1/6 »

  1. Il me tarde de lire la suite !!!!!! Tu fais toujours des choses…… Extraordinaires !!!! C’est génial !!!
    Pour ma part je n’ai ni la force physique, ni la force mentale poour faire ça !!! Bravo !!!

    1. Coucou Annabelle! la suite, elle est là, elle t’attend! pour le reste, je pense justement que non seulement tu as la force physique et mentale pour le faire mais qu’en plus ça te ferait le plus grand bien. Prends le temps également de regarder les vidéos, tu vas halluciner.
      Gros bisous et merci pour ton commentaire.

  2. Excellent ! Ah cette idée que le jeûne épuise ! Elle perdure ! Je connais des randonneurs qui partent pour un bon périple en jeûne, et ils alignent les kilomètres….
    à part ce moment de flottement qu’on appelle « le grand déménagement » le jeûne est et restera un super moment !
    👍😎

    1. Et coucou! Je ne savais pas que tu pratiquais le jeûne! C’est vrai que l’on marche et peut marcher longtemps… mais tout de même ça demande un bel effort. Surtout quand c’est la première fois et que toutes les “petites” douleurs apparaissent pour disparaitre. En tout cas, c’est vrai, c’est un super moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *